Accueil du site > Passions de jardiniers > Biblio/ filmographie > Tous au Larzac !

mardi 20 décembre 2011

Documentaire réalisé par Christian Rouaud

Tous au Larzac !

Où la nuance est clairement établie entre l’illégitime et l’illégal...

Ce film n’est hélas déjà plus à l’affiche à Dijon, mais, entres autres villes, à Gray. Nous attendons son prochain passage et/ou le DVD video du film.

« Ensemble, peut être, arriverons-nous

à atteindre ce que nous cherchons :

le rire, la beauté, l’amour et la possibilité de créer »

(Saul Alinski dans Rules for Radicals,1971)

Le "Larzac" du point de vue des paysans qui racontent avec honnêteté, humour, simplicité et justesse de ton.

Ils évoquent, leur 10 ans de combat, devant la caméra amicale de Christian Rouault, ils racontent les temps forts de la lutte, la prise de conscience, les doutes, la solidarité, l’union qui fut leur force, l’évolution qu’ils ont connue. Avec la distance, le regard qu’ils portent sur ce qu’ils ont vécu est une véritable leçon de sagesse et redonne confiance au spectateur qui désire un monde plus juste, humain et pacifique.

Si vous en êtes, ne manquez pas ce beau film qui (re)donne des ailes sur fond de paysage de Larzac.

Laissez vous envoûter par la course des nuages, les fermes isolées, les rochers, les herbes folles.... et l’histoire qui fait son chemin et qui montre pourquoi et comment là encore le pot de terre a gagné contre le pot de fer.

Merci à Christian Rouault pour ce travail de reconstitution pédagogique et documenté, pour l’interview tout en écoute de ces belles personnalités qui nous ravissent et pour les vues sur ce plateau des Causses qui s’inscrivent en nous comme si c’était celles de notre propre pays d’origine : "notre" Larzac !


TOUS AU LARZAC : EXTRAIT 1 HD par baryla

Voir en ligne : Le blog de "Tous au Larzac"

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.