Accueil du site > Vie de l’association > Recettes et trucs > Jean-Claude FAURE nous a quittés...

jeudi 16 février 2012

Jean-Claude FAURE nous a quittés...

A la recherche d’un potager, il avait rejoint l’association il y a quelques années.

Jean-Claude , tout jeune retraité, avait voulu occuper son temps libre et emplir son panier à provisions de fruits et légumes sains et frais. JVMC avait pu lui trouver une belle parcelle sur le site de St Urbain. Il se disait apprenti jardinier, mais très vite il avait maîtrisé les gestes de l’amateur éclairé et au-delà...
Curieux et appliqué, il était passé expert en trucs et astuces pour améliorer sa production potagère et se prémunir naturellement des parasites et prédateurs divers.


Avec simplicité et modestie , il nous montrait comment disposer un fil de cuivre au pied des tomates pour stimuler leur résistance.


C’est avec défi qu’il plaçait des sacs mystérieux aux quatre coins de ses planches de haricots pour éloigner les lapins ( résultats attestés en 2012:NDLR)

Son jardin est encore recouvert du goëmon qu’il collectait auprès d’un ostréicullteur coutumier des halles de Dijon.
Jean-Claude est décédé cet hiver d’une affection rapide mais implacable.

Toutes nos condoléances à son épouse et à sa famille.

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.