Accueil du site > Vie de l’association > Nos soutiens > Nasser s’envole !

mercredi 28 mars 2012

Fête des Epouvantails et Jardin du Vent

Nasser s’envole !

Rendez vous en Saint Urbain le 17 juin

Certains d’entre nous sont allés voir notre ami Nasser pour le festival de Cerfs-volants d’Aiserey le 25 mars 2012.

Par un temps superbe et un tantinet trop de vent ...

beaucoup d’enfants dont certains avaient fabriqué leur cerf-volant, des visiteurs attentifs et curieux attendaient avec impatience l’envol des grandes structures gonflables : gigantesque poisson rouge, soucoupe volante, aéronefs, parallélépipèdes multicolores, aigles, avions en duos-duels... Au sol, le "jardin du vent" : rencontres bigarrées sous les éoliennes d’épouvantails aux cannes supportant des chenilles, des poissons gonflés par le vent, de figurines animées, de véhicules hétéroclites, de roues, spirales et inventions diverses et joyeuses...


Imaginons Saint Urbain pavoisant sous les couleurs vives et flamboyantes sorties de l’exubérance de Nasser et les mouvements aériens et songeurs de ces êtres fragiles sortis du néant en complicité avec le vent.

Ce n’est pas un rêve, Nasser viendra installer son jardin du vent en Saint Urbain le 17 juin 2012.

On vous en reparlera bientôt !

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.