Accueil du site > Vie de l’association > Recettes et trucs > Truc de jardiniers > Le purin de rhubarbe

lundi 7 mai 2012

Le purin de rhubarbe

Mais avant de la cueillir, admirez sa beauté qui rivalise avec celle des nuages !
JPEG

Solution naturelle de lutte contre les insectes, le purin de rhubarbe s’utilise tout au long de la période de végétation de la rhubarbe.

Il est également possible de conserver le purin après la macération pendant plusieurs semaines voir plusieurs mois.

En utilisant le purin de rhubarbe, vous faites un geste pour l’environnement tout en soignant vos plantes de manière efficace.

A quoi sert le purin de rhubarbe ?

Le purin de rhubarbe est un excellent répulsif contre certains insectes et notamment les pucerons.

On l’utilise également afin de lutter contre le ver ou la teigne du poireau.

Comment faire du purin de rhubarbe ?

Deux méthodes trouvent, l’une et l’autre, une très bonne efficacité :

  • 1. Faire macérer 1 à 1,5 kg de feuilles de rhubarbe dans 10 l d’eau pendant 72 environ. Filtrer afin de ne garder que le liquide.

Pulvériser à l’aide d’un pulvérisateur

  • 2. Une variante consiste à plonger directement les feuilles dans de l’eau bouillante, ce qui accélère le processus de macération.

Laissez macérer 24h et pulvérisez sur vos plantes.

Sur quelles plantes utiliser le purin de rhubarbe ?

Sur toutes les plantes traditionnellement touchées par les pucerons.
On retrouve les rosiers, les arbres fruitiers comme le pêcher ou le cerisier mais aussi une grande partie des arbustes à fleurs, vivaces et plantes potagères.

On le pulvérise également sur le poireau afin de lutter contre le ver du poireau.

P.-S.

Les jardins sont à protéger, gardons le purin sous la main.

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.