Accueil du site > Vie de l’association > Recettes et trucs > Truc de jardiniers > La lune rousse n’est pas la lune rousse !

dimanche 20 mai 2012

La lune rousse n’est pas la lune rousse !

On appelle "lune rousse" la lunaison après Pâques, cette année, elle a commencé le 21 Avril 2012 et se termine demain dimanche 20 Mai 2012. Pendant cette période, des risques de gelées feraient roussir les jeunes pousses des plantes, même quand la température est à quelques degrés au dessus de zéro !

Mythe ou réalité ?

Si l’on se réfère à "L’institut de mécanique céleste et et de calcul des éphémériques" :

La "lune rousse" ne correspond pas à un concept astronomique ; c’est plutôt une expression populaire fondée par l’observation... ”
Mais alors comment s’explique-t-on que les jardiniers " assurent avoir observé que la nuit, quand le ciel est serein, les feuilles, les bourgeons exposés à la lumière roussissent, c’est à dire se gèlent, quoique le thermomètre, dans l’atmosphère, se maintienne à plusieurs degrés au-dessus de zéro."François Arago(1786-1853) ?

Oui, un drôle de mystère qui pousse à croire que la lumière de la lune a des pouvoirs réfrigérants...

Il semble que cette énigme soit éclaircie : elle réside "essentiellement dans les propriétés physiques des objets et leur capacité à rayonner dans l’infrarouge. Il se réduit à un phénomène d’échange thermique. Si les bourgeons gèlent et roussissent c’est parce qu’ils rayonnent et émettent plus d’énergie qu’ils n’en absorbent et qu’ainsi leur température peut s’abaisser en dessous de celle de l’air ambiant."

En fait, le "phénomène se produira indépendamment de l’âge de la Lune que celle-ci soit visible ou pas. Bien sûr il n’aura lieu que sous nos latitudes et seulement au début du printemps alors que l’insolation du sol est faible et que la végétation venant à peine de démarrer les plantules sont encore particulièrement tendres et fragiles. "

Voir en ligne : Extrait de l’article consacré à la lune rousse de l’IMCE.

P.-S.

Avez-vous compris ? Cela reste encore un peu obscur, non ? Qui saurait expliquer ce rayonnement des plantes qui ferait qu’elles émettent plus d’énergie qu’elles n’en absorbent, ce qui ferait baisser leur température en dessous de l’air ambiant ?

Une chose est sûre en tous cas, il est temps de planter les tomates, les courgettes et les potimarrons ! Mais il n’arrête pas de pleuvoir...

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.