Accueil du site > Vie de l’association > Evénements engagements JVMC > Autres évènements et engagements > 23 sept 2012 - Notre association au Grand Dèj’

mardi 23 octobre 2012

C’était le 23 septembre 2012

23 sept 2012 - Notre association au Grand Dèj’

Jardins et Vergers de Marsannay la Côte présent au Grand Dèj’ de cette année.

Cette manifestation rassemble 250 associations de Bourgogne sur les rives du lac Kir à Dijon et Plombières les Dijon. Plus de 9000 visiteurs en 2011 !

Le stand du Groupement des Jardins du Dijonnais (G.J.D. dont notre association est membre fondateur) accueille les jardins familiaux de Talant, de Quétigny et de Marsannay.

Ce fut l’occasion de nous faire connaitre et de présenter le dynamisme du mouvement du jardinage en milieu urbain et péri-urbain. Occasion de faire des rencontres fructueuses, d’échanger nos savoir-faire, de faire des "affaires" dans la joie et la bonne humeur ! Le stand-trop exigu-n’a pas désempli de la journée. Succès des bouquets d’aromates qu’on offrait aux visiteurs.

Nous avons manifesté notre originalité et nos problèmes par différents supports : diaporama, panneaux, objets de jardinage...notre pétition de St Urbain, le site internet en boucle, et surtout notre présence pour témoigner et convaincre de la nécessité des jardins familiaux dans notre village viticole près de la grande ville.

Affiche Grand Déj :

Zip - 364.4 ko

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.