Accueil du site > Vie de l’association > Recettes et trucs > Le cru et le cuit ! > Nos recettes > Soupe de pêches au bourgogne

samedi 29 septembre 2012

Soupe de pêches au bourgogne

JPEG - 144.6 ko
Pêches en ribambelle

Après les assises de la biodiversité où un excellent Bourgogne de Jean Fournier cuvée St Urbain représentait dignement notre vignoble à la collation offerte aux participants, j’ai traîné dans les jardins pour décompresser un peu, ramassé quelques noix du grand noyer et les dernières pêches de vigne tombées au verger.

Le bourgogne du déjeuner, les noix dans la poche et les pêches dans le panier, les framboises remontantes chipées dans la parcelle de M. Sch. ,me sont revenues en tête deux recettes sucrées : la soupe de pêches et la confiture de pêches aux noix.
D’abord la soupe.

Elle provient d’une recette du chef bourguignon J.P. Thibert.

Pour 4 personnes :
une douzaine de pêches de vigne( les nôtres sont bien petites), 300g de framboises, par bonheur qq fraises dissimulées que personne n’attendait plus, une demi-bouteille de BOURGOGNE ROUGE de Marsannay la Côte, du sucre.

Préparer un coulis de framboises (voir recette de base) : mixer les fruits et passer la mixture au chinois. Additionner le vin rouge à cette purée et sucrer jusqu’à ce qu’on trouve le mélange agréable au palais ( en cette saison les fruits rouges sont peu sucrés, difficile de donner une quantité à l’avance).
Réserver au réfrigérateur le temps que cela refroidisse.

Préparez les pêches. Passez les qq secondes (30...) dans de l’eau très chaude mais pas bouillonnante, retirer avec l’écumoire, plonger dans l’eau froide, retirer aussitôt ;faites en 6 puis 6 autres. Epluchez-les facilement et dénoyautez ; si elles viennent d’un arbre de Raymond les oreillons se détachent aisément. Conservez les oreillons.

Les dresser dans des assiettes creuses, nappez du coulis de framboises ; disposez des lamelles de fraises selon votre talent. Feuilles de menthe ou de basilic, c’est encore la saison, selon l’humeur

Servir frais, sans boisson d’accompagnement

la recette de la confiture une prochaine fois, il faut aller cueillir les coings pour la gelée. Recette aussi ??

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.