Accueil du site > Arts et vie en Saint-Urbain > Hydro et climatologie > Le sol est-il assez chaud pour semer ?

vendredi 8 mars 2013

Bientôt le printemps...

Le sol est-il assez chaud pour semer ?

Qu’en est-il à Marsannay ?

Observation des cartes de températures au sol.

Encore téméraire pour semer, mais on peut tenter avec des précautions.

La carte des températures du sol (0 à -10cm) montre qu’on reste encore à une température basse, inférieure aux 9°C pour que la germination se réalise correctement.
La Côte d’Or

se partage en deux ,Côte et plaine de Saône commencent à sentir "monter" la douceur de la vallée du Rhône, le Plateau et le Châtillonnais restent à l’écart de cette remontée des températures. On a péniblement 10°C au sol cet après midi 08 mars.
Par contre dans le sud-ouest, le Languedoc, la Basse vallée du Rhône c’est déjà le printemps. On suit ce réchauffement le long de la vallée du Rhône jusque vers Lyon.

La nuit on plonge vite à 6°C-4°C.Seul le Sud-Ouest et la frange méditerranéenne connaissent des températures nocturnes acceptables .

Et demain ? le 09 mars ?

Même shéma, le réchauffement touche aussi l’Alsace.

On peut donc semer fèves et petits pois sans crainte à condition de savoir que vendredi samedi prochains une petite vague de froid est prévue avec des gelées marquées. Ceux qui auront semé devront protéger avec un film de non tissé.
Ail et échalote peuvent aussi être plantés.

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.