Accueil du site > Vie de l’association > Recettes et trucs > Truc de jardiniers > Quand les œillets d’Inde nous promènent de la mythologie aztèque à la (...)

dimanche 21 avril 2013

Quand les œillets d’Inde nous promènent de la mythologie aztèque à la mythologie étrusque !

Très importants pour protéger nos légumes, ces fleurs sacrées (eh oui !) nous font également voyager dans l’espace planétaire et dans le temps mythologique ! En ces jours de printemps boudeur, il est encore et toujours temps de nous cultiver à défaut de pouvoir cultiver !

L’œillet d’Inde ne nous vient pas d’Inde mais, comme les "Indiens" d’Amérique, cette plante est américaine. Elle est originaire du Mexique et de Bolivie, vous savez le pays qui a élu un indien comme Président.

Au Mexique, l’œillet d’Inde (et sa couleur orangée) est la fleur du jour des morts depuis un lointain rituel aztèque. Vous pouvez lire l’article sur le jour des Morts au Mexique.

"Au Chiapas, les Chamulas se livrent à une étrange cérémonie : Le matin, les vivants viennent apporter des offrandes aux morts (ce qu’ils aimaient), ainsi que des œillets d’inde (campexochitl en nahuatl), afin de leur rappeler le parfum de leur terre." extrait dublog de Coco Magnanville.

Pour en savoir plus, on peut lire aussi ce petit reportagei.

Pour nous autres jardiniers, l’œillet d’Inde est bien précieux car il protège nos cultures (dont les tomates) "en sécrétant de la thiophène, qui a un effet inhibiteur sur les nématodes (vers), les aleurodes (mouches blanches) et certaines plantes envahissantes comme le liseron et le chiendent". (extrait de l’article de Wikipedia sur l’œillet d’Inde) Tout ce qu’il nous faut !

On peut lire également :

"On pratique le semis de février à mars sous abri, ou d’avril à mai directement en pleine terre. Quand la plante atteint une dizaine de centimètres, on peut la pincer pour qu’elle se ramifie. L’œillet d’Inde pousse généralement d’une trentaine de centimètres, et fleurit de juin jusqu’aux premières gelées. Pour améliorer la floraison, il convient de supprimer régulièrement les fleurs fanées.
L’œillet d’Inde repousse très facilement d’une année à l’autre, grâce au grand nombre de graines que portent ses fleurs."

Des graines d’œillets d’Inde se sont échangées lors du troc du 19 avril à Marsannay. Elles avaient passé l’hiver sagement rangées dans des boîtes de camembert !

Leurs pousses sont très jolies, vigoureuses et élégantes, elles viennent sans difficulté.

On apprend aussi dans l’article de wikipedia ci-dessus mentionné que :

"Cette espèce de tagète fait partie de celles dont les fleurs sont comestibles, et son goût se rapproche de celui du fruit de la passion.
On l’utilise dans les potages, les beurres aromatisés ou « beurres fleuris », et ses pétales colorent les salades de fruits. Ces propriétés colorantes lui valent le surnom de « safran du pauvre »"
.

Les tagètes ou tagettes (une trentaine d’espèces dont l’œillet d’Inde, la rose d’Inde, les soucis...) doivent leur nom à "Tagès, le devin [1], probablement en raison de la facilité qu’ont les plantes de cette espèce à ressortir chaque année de terre grâce aux graines produites l’année précédente."

Pour en savoir plus sur Tagès, [2], génie, enfant-vieillard... consultez l’article mythologie étrusque !

Voici pour aider ceux qui veulent s’y retrouver un petit schéma pour apprendre à reconnaître graines et semences d’œillets d’Inde :

Vous pouvez aussi regarder cette petite video de l’association du Potager Caillebotte de Yerres (Essonne) :

Voir en ligne : Article de Wikipedia sur l’œillet d’Inde

P.-S.

Si vous avez lu les articles mentionnés, vous vous êtes sans doute demandé ce qu’est l’haruspicine ? Eh bien, ni plus ni moins que l’art de divination par l’observation des entrailles :le foie par exemple !
"Un haruspice, ou aruspice, est un pratiquant de l’haruspicine (de l’étrusque haru, entrailles, et spicio, « je regarde », transcrit par haruspex en latin, art des haruspices, dont un cas particulier est l’hépatoscopie), un devin étrusque qui examinait les entrailles d’un animal sacrifié pour en tirer des présages quant à l’avenir ou à une décision à prendre." Vous pouvez aller voir l’article, il y a même d’étranges illustrations comme celle-ci avec toutes sortes d’inscriptions mystérieuses : :

Notes

[1] Tagès est un dieu étrusque, adopté par les Romains, il sortit un jour d’une motte de terre, sous la charrue d’un laboureur, aux environs de Tarquinia.

[2] c’est lui qui enseigna aux Étrusques la divination et l’haruspicine

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.