Accueil du site > Arts et vie en Saint-Urbain > Vie en St Urbain > Foin !

dimanche 9 juin 2013

Foin !

Une équipe de bénévoles est venue faucher le verger de Saint Urbain. Le foin alimentera le compost. En soi, ce n’est pas grand chose, encore un petit geste qui n’alimentera pas les colonnes des journaux mais c’est petit à petit que la bonne volonté des uns donnera aux autres ce cadeau inestimable : venir librement pour humer l’air des jardins et vergers, l’odeur du foin et du thym, pouvoir fouler des sentiers ouverts à tous, bordés de rhubarbe, pivoines, tournesols ou framboisiers... Ce petit travail gratuit dans un monde où tout se vend, simplement pour que tout un chacun puisse venir goûter aux charmes de ce lieu enchanteur où les oiseaux sont rois.

C’est une chance inouïe pour les citadins que sont devenus par force les gens de Marsannay. Ils trouvent ici de quoi se ressourcer. La ville prive l’homme du contact avec la terre nourricière. Ici, dans le silence habité par le chants des merles et des colombes, chacun sent que sa nature profonde est en osmose avec la nature, les saisons, la croissance des végétaux et la vie qui grouille dans les prés, les arbres et les mottes de terre. La conscience de ce lien vital que la survie en ville nie et renie lui revient comme une évidence. L’équilibre de l’homme est en jeu, tout comme, de façon tout aussi urgente, son autonomie alimentaire et sa santé à la fois parce que les aliments d’aujourd’hui sont traités et dévitalisés mais aussi parce que la ville grise, bétonnée et goudronnée agresse l’équilibre psychique. Seuls, ceux qui en ont les moyens possèdent quelques îlots de jardins dans des propriétés privées. Les autres se contentent de quelques jardins publics bien entretenus où la nature est domptée et encadrée avec des heures d’ouverture et des toboggans dans des bacs à sable...

Non ce n’est pas ça que vous offre Saint Urbain ! St Urbain est un lieu de liberté, ouvert et depuis toujours voué au maraîchage et aux fruitiers, c’est à la fois un témoin du passé et un lanceur d’avenir. Il faut encore espérer, croire que la terre est à tous et que la qualité de l’air que nous respirons est encore gratuite comme l’eau de nos puits...

Foin de l’avarice et des avaricieux !

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.