Accueil du site > Vie de l’association > Recettes et trucs > Truc de jardiniers > Tomates bonnes à repiquer

mardi 2 mai 2017

Vive les circuits courts !

Tomates bonnes à repiquer

Il va être temps de planter vos tomates

Une bonne adresse pour se procurer des plants de tomates...

JPEG - 94.8 ko

Vous pouvez trouver des plants de tomates sur le marché central de Dijon.

Madame VIARD maraîchère à Ruffey prépare des plants pour les jardins potagers des zones plus froides du plateau : St Seine, Sombernon... et nous les propose plus tard dans la saison alors qu’il n’y a plus rien ailleurs.

Elle nous propose déjà des Saint Pierre, Andines cornues, des noires de Crimée, des Coeur de boeuf, Merveille des marchés, rouge "Russe", Fandango,Vertes striées, olivettes, tomates poires rouges ou jaunes,cocktail , tomates cerise....Les pieds sont petits mais râblés, les racines à l’aise dans des pots de bon terreau.Cette année 2017 elle prpose aussi des capucines grimpantes, soucis, cosmos, oeillets d’Inde, en gros pots.

Son étal se trouve à l’angle de la rue Bannelier et de la rue des Godrans, les mardi, vendredi et samedi matin. Lui téléphoner pour s’assurer de l’achalandage : 06 95 94 12 93.
Compter à partir de 0,80€ le pied pour les tomates et 1,20€ pour les fleurs.

Gilles

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.