Accueil du site > Vie de l’association > Recettes et trucs > Truc de jardiniers > Avec les dernières tomates, déjà on prépare le troc vert !

samedi 12 octobre 2013

Avec les dernières tomates, déjà on prépare le troc vert !

Tout en dégustant, cuisinant ou conservant vos dernières tomates, pensez à mettre de côté les graines pour le troc de plants de l’an prochain !
Certains préparent déjà en triant les semences de tomates anciennes et graines bio cultivées au naturel.
Voici quelques unes des variétés aux noms chantants qui se préparent :

  • organza pour la tomate orange,
  • San Marzano pour l’ovale rouge,
  • red et green zebra... pour les rayées rouges et vertes,
  • noires de Crimée,
  • tomate ananas,
  • cœur de bœuf,
  • rose de Berne...

Notez bien les variétés !

JPEG

Préparez les étiquettes avec une écriture résistant au soleil et intempéries.

Priez Saint Fiacre, que notre commune vient d’accueillir officiellement pour qu’il protège les jardins de Saint Urbain. Car nous ne doutons pas qu’il saura prendre la main de Saint Urbain et tous deux auront à cœur de faire mûrir nos graines et de belles tomates verront le jour l’an prochain dans les précieux potagers de Saint Urbain toujours menacés par un plan d’urbanisation inapproprié.

Petit dicton du jour : Il n’y a que les sots qui ne changent pas d’avis.

Mais dans notre commune, on est intelligent et avisé. Alors l’espoir est permis !

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.