Accueil du site > Vie de l’association > Evénements engagements JVMC > Les fêtes en Saint Urbain > 1er septembre 2013 : Fête des Jardins du Dijonnais en Saint Urbain : petit (...)

jeudi 17 octobre 2013

1er septembre 2013 : Fête des Jardins du Dijonnais en Saint Urbain : petit tour des expos et ateliers

Peintures au colombier, sculptures au verger, photos d’art et documentation sous les chapiteaux, vannerie sous le noyer, atelier compostage, dégustation de la truffe, "grelinage", salon de lecture en plein air, atelier enfants, diaporama, jeux...

Pour voir les photos et videos, lire l’article !

Au salon de lecture, beaucoup de livres sur les plantes et le jardinage au naturel, trucs, astuces, tisanes, les plantes et leurs vertus, les arbres, la taille, faune, flore et biodiversité, photos, planches et croquis...


Exposition photo de Stephen Blanchard et vidéo des peintures flottant sur l’eau de Francine Jardon dans le Colombier de Saint Urbain gracieusement mis à notre disposition par son propriétaire que nous remercions chaleureusement.


Présentation sous le noyer des travaux de l’atelier vannerie des Jardins de Quétigny :

IMG/flv/vannerie_majoa.flv

Un passionné vous explique la truffe de A à Z :


Sculptures métal de Jean Gauthier sur le thème des jardins, de la vigne et de l’eau.


Atelier compostage dans l’aire que nous avons réservée à cet effet en Saint-Urbain :

IMG/flv/atelier_compostagea.flv

Ici, on greline ! Présentation de grelinettes et de leur usage en potager au naturel.


IMG/flv/fete_dans_les_jardins_de_marsannay.flv

Ateliers enfants : fabrication d’épouvantails, déguisements, peintures


Un grand merci à tous : participants, visiteurs, et à tous ceux qui ont travaillé avant et après pour que la fête soit belle !


Dans un esprit de festivité et de convivialité, tous étaient invités à partager leurs agapes sous les poiriers !

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.