Accueil du site > Vie de l’association > Recettes et trucs > Truc de jardiniers > Un petit mot pour des petits maux...

samedi 26 octobre 2013

Un petit mot pour des petits maux...

Histoire de greline et de camomille !
Un jardinier nous confie des secrets de famille...

"Quand j’étais enfant, habitant à la campagne, les yeux sont toujours à l’affut de tout. Mais quand il y a des jeux avec des cachettes dans les hangars de paille ou de foin, on a souvent des petits problèmes d’irritation oculaire. Alors,pour guérir ces petits bobos, Maman avait une recette magique : des compresses avec une infusion de camomille sur les yeux pendant une dizaine de minutes et le tour était joué. C’était aussi utilisé pour les petites inflammations et irritations cutanées. Il faut dire qu’à cette époque, la fleur de camomille agrémentait tous les chemins de nos campagnes, (absence d’herbicide).

Les cantonniers savaient manier la binette ou la sarclette. Il n’avaient pas besoin de lance-flamme pour désherber ni de souffleur thermique pour ramasser les feuilles mortes. Heureusement, la grelinette est toujours d’actualité, j’ai admiré un fier jardinier en pleine action la semaine dernière. D’ailleurs, je le salue du haut de sa grelinette. A bientôt sur le terrain."

Serge, 24-10-2013

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.