Accueil du site > Arts et vie en Saint-Urbain > Avis de tempête > D.U.P. un marché de dupes ?

lundi 30 décembre 2013

D.U.P. un marché de dupes ?

La menace immobilière sur nos jardins se précise.

Je vous informe que malgré la décision de justice confirmée par le Conseil d’Etat, le Préfet, à la demande de la commune, ouvre une enquête d’utilité publique pour permettre l’expropriation des terrains sur lesquels nous jardinons.
Cette Enquête d’Utilité Publique (EUP) doit conduire à une DUP (déclaration d’utilité publique) préalable à un arrêté d’expropriation.

Un registre de doléances est mis à disposition du public à la Mairie de Marsannay la Côte jusqu’au vendredi 24 janvier 2014. Il est impératif que le commissaire enquêteur entende la voix de tous les jardiniers(es).
L’analyse des documents consultables en mairie -les demander à l’accueil- nous conduit à affirmer que le projet fait disparaître les jardins : "Le projet rend nécessaire la suppression des jardins potagers exploités par l’association JVMC ... car l’occupation des sols n’est pas compatible avec l’aménagement du site."

Nous devons réagir et nous mobiliser rapidement. Comme convenu lors de notre réunion générale du 17 décembre il est impératif que chaque famille de jardiniers marque son opposition à ce projet qui gomme cette richesse de la commune sans qu’une solution alternative n’ait été réellement étudiée.
Gilles Sallic

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.