Accueil du site > Arts et vie en Saint-Urbain > De la particularité de Saint Urbain > Pour un vrai printemps sur Marsannay !

dimanche 16 mars 2014

Pour un vrai printemps sur Marsannay !

Il y a peu, et parmi les premiers, nous vous parlions du pic de pollution qui met en état d’alerte tout le département.

Vous vous doutez bien que si nous laissons faire les constructions à tout va sur Marsannay (sans parler de tout ce qui se construit sur l’agglomération dijonnaise) nous continuons d’aller droit dans le mur.

Une concentration d’habitats vient toujours avec un flot de voitures donc davantage de trafic sur un même lieu [1].

La réalité ressemble à la fiction : en ce moment même nous sommes emprisonnés dans une chape de particules fines cancérigènes, responsable en outre de maladies cardiaques et pulmonaires.

Ces particules fines viennent pour une grande part des gaz d’échappement des voitures.

"Les pics de pollution aux particules se multiplient. Alors qu’on sait aujourd’hui que la pollution est responsable de morts par anticipation et de maladies, rien n’est fait, à part proposer de mettre en place la circulation alternée !"

Nadir Saïfi, vice-président d’Écologie sans frontière.

Si nous laissons construire dans le cadre de vastes opérations de centaines de logements, Marsannay supprimerait ce qu’on appelle communément un poumon vert, c’est-à-dire des zones composées de plantations potagères, de vergers et de jachères qui constituent un véritable espace de biodiversité, [2] .

Marsannay doit se donner la vocation d’être une sentinelle en barrant l’accroissement de la ville tentaculaire qui arrive avec sa pollution, sa fausse « propreté », sa fausse « écologie ».

Toute personne censée ne peut avaler une couleuvre aussi grosse que celle qui veut nous faire croire qu’en augmentant les zones urbanisées on participe à l’écologie du lieu !

Laissez nous rire ! Chers habitants de la ville, vous remercierez un jour Marsannay d’avoir su garder un esprit censé et soucieux de l’avenir pour vous et pour les générations futures…

Jardins et vergers de Marsannay essaie d’avoir du plomb dans la cervelle et nous réfléchissons pour aider les citoyens à ne pas se laisser ensorceler par les sirènes d’un discours médiatique qui ne sert qu’un maître : la croissance et le profit. Mais pour qui ?
Dans le prochain article, nous analyserons la propagande de ce discours médiatique en zoomant sur une page du programme électoral du maire sortant.

P.-S.

On assiste à une " fuite en avant" , une course (quand on n’a pas de tête, faut avoir des jambes !) de certains maires qui justifient leur mandat en construisant à tout crin : avec la surenchère des zones commerciales, après les nouveaux quartiers, le parc d’attractions !

Cette fuite en avant hante les rêves mégalo de certains hommes politiques et ils l’appellent "progrès" ...

Cette notion de progrès héritée du XIXème, devenue contraire au progrès pour l’humanité et la planète, doit être dénoncée tout comme le fait Pierre Rabhi qui en appelle à une "insurrection des consciences".

Notes

[1] Alors que ce lieu est déjà encombré et pollué par une circulation abondante et dangereuse due au raccourci qu’empruntent les véhicules venus de la bretelle sud pour rejoindre la bretelle ouest.

[2] "La biodiversité n’est pas seulement une collection d’espèces, elle est aussi la somme des interactions entre ces espèces et avec leurs milieux" Jacques Weber Inra

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.