Accueil du site > Vie de l’association > Recettes et trucs > Le seuil d’alerte de pollution aux particules fines (PM10) est atteint (...)

samedi 15 mars 2014

Le seuil d’alerte de pollution aux particules fines (PM10) est atteint !

Un poumon vert comme celui de saint Urbain n’a jamais été aussi nécessaire. A cette période où les feuilles ne sont pas encore là, dans les jardins, le soir, on sarcle dans l’odeur des gaz de voitures de la rue du Rocher. La carte d’Atmosf’air signale également une pollution à l’ozone autour de la rue du Rocher jusqu’aux lacets de Corcelles.




Image source atmosf’air.

À l’ensemble de la population, il est recommandé :

+ de réduire les activités physiques et sportives intenses

+de les éviter pour les personnes sensibles (personnes avec une pathologie respiratoire ou cardio-vasculaire, enfants et personnes âgées)

+de privilégier les activités calmes

+de respecter les traitements médicaux, d’être vigilant à l’apparition de symptômes tels que toux, gêne respiratoire, irritation de la gorge et au besoin de consulter son médecin.


Recommandations comportementales pour toute la population :

+Limiter l’usage des engins à moteur thermique

+privilégier les modes de déplacement non polluants ou en commun

+différer les déplacements non indispensables, ou encore réduire sa vitesse de 20 km/h hors agglomération.

Nous respirons 20 000 litres d’air par jour, c’est la première nourriture de notre corps !

Pour en savoir plus, visitez le site Atmosf’air Bourgogne Patientez, les pages sont longues à charger...

Piètre consolation : les bus et tram sont gratuits tout le weekend.

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.