Accueil du site > Arts et vie en Saint-Urbain > De la particularité de Saint Urbain > Tomate en délire

dimanche 24 août 2014

Tomate en délire

Concours de tomates au naturel, pas de pesticides, pas d’engrais chimique, juste du bon compost et quelque peu de fumier, de la pluie et du soleil et voici nos plus beaux spécimens !
Et d’abord ce petit courrier de Monique qui a emporté nos graines dans le Val de Saône :
"Coucou, la récolte se terminera bientôt avec le mildiou,mais les graines ont donné de beaux fruits !!!!"

la récolte des tomates bat son plein:témoignage des extrêmes ci-dessous :

une tomate certifiée 788 gr ! ça c’est du jardinage ! 1er prix de la plus grosse tomate du département !

tomate 2 vous avez vu les deux riquiquis à côté ! sans engrais sans pesticides : 5gr chacune ! c’est pas beau le progrès !hein ?

à moins que la grosse là ne vienne d’un potager au naturel...et les petiotes d’une serre industrielle ? Allez savoir. Essayez pour voir.

Solanum delirium

P.-S.

L’image ne vous dit rien du goût suave, frais et sucré, de la texture molle et ferme, de la petite pointe d’acidité qui entoure les pépins...
A défaut, amis jardiniers, envoyez-nous des photos de vos plus beaux spécimens de tomates au naturel !

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.