Accueil du site > Arts et vie en Saint-Urbain > De la particularité de Saint Urbain > L’automne est doux à pas de loup, l’hiver approche

mardi 11 novembre 2014

L’automne est doux à pas de loup, l’hiver approche

Poésies et photos en quête des secrets de l’automne en St Urbain.
Invitation à flâner dans les jardins bientôt endormis pour la longue nuit d’hiver.

Prenez le sentier et commencez à rêver...

Le long du clos, regardez à l’ouest par delà la cabane, le vent étire un long cumulus

Derrière le noyer, est-ce la montagne qui fume ?

Laissez-vous surprendre par les taches de couleur dans les buissons



Ouvrez les yeux sur le feu qui rougeoie dans les feuilles

Laisse-toi attendrir par la vieille choillotte à moins que tu ne préfères l’appeler cariole ou barouette

Cage d’amour ? Prison dorée ? Silence...Le petit fruit rouge attend son heure...


Celui qui a vu la fleur de l’artichaut osera-t-il encore le cueillir pour en croquer les feuilles ?

Un petit coin de jardin caché derrière la haie trahit les gestes patients d’une jardinière attentive.

Plus loin sous le poirier de louises bonnes, un dahlia rose incline dans le silence sa lourde corolle.

Les arbres nous hantent, leurs morts nous désolent.

Leurs écorces tombent comme les écailles qui nous cachent la vérité :



Notre monde est en danger d’asphyxie !



Apprenons des lichens à vivre en symbiose...

Les lichens ou champignons lichénisés sont des organismes composés résultant d’une symbiose entre au moins un champignon hétérotrophe appelé mycobionte, représentant 90 % de l’ensemble, et des cellules microscopiques possédant de la chlorophylle (algue verte ou cyanobactérie autotrophe pour le carbone) nommées « photobiontes ». Cette symbiose résulte d’une association (appelée lichénification ou lichénisation) entre le photobionte et le champignon dont le thalle progresse lentement à la surface de supports variés dans des milieux souvent hostiles (exposition à la sécheresse, à de fortes températures, etc.). Ils sont classés dans le phylum des Fungi.

Cette association est durable, reproductible (elle donne naissance à de nouveaux individus, à la formation d’une nouvelle unité fonctionnelle) avec des bénéfices réciproques pour les partenaires, et entraîne des modifications morphologiques et physiologiques (ces dernières liées à des interactions génétiques entre les deux partenaires). ” (Wikipédia)

Apprenons de l’araignée

la lente patience

pour tisser des liens

entre les humains

Regarde les vieilles écorces

comme un signe

Elles tracent le mouvement

des vagues qui nous renouvellent

Les arbres , puits de sagesse nous enseignent...

En ce début d’hiver,

laissons les rêver avec nous

A d’autres matins moins sombres !



Photos et poésies d’Odile, après un petit tour en St Urbain

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.