Accueil du site > Arts et vie en Saint-Urbain > De la particularité de Saint Urbain > Ils n’ sont plus dans les vignes les moineaux...

vendredi 21 novembre 2014

Ils n’ sont plus dans les vignes les moineaux...

Au concours photo de Marsannay-la-Côte, le premier prix a été donné à la photo d’un passereau posé sur une bêche. La portée symbolique de cette photo n’est pas passée inaperçue aux visiteurs qui l’ont choisie.

Où sont passés les moineaux ? Où sont les hirondelles ? Les alouettes ?

Ils ne sont plus dans les vignes, ni dans les jardins...

Nous avons cherché à comprendre et nous avons trouvé des réponses terribles :

En trente ans, l’Europe a perdu 420 millions d’oiseaux sur une population estimée à plus de 2 milliards en 1980. L’impact sur l’environnement et les écosystèmes est considérable et met en cause les grands équilibres.

C’est un article du Monde qui nous a éclairé...

Extraits de l’article du Monde du 3 novembre 2014 :

"...près de 80 % des pertes figurent dans le quatrième groupe, largement composé de petits oiseaux. " Parce que c’est la population la plus importante en valeur absolue, mais aussi parce que ce sont des espèces que l’on croit à l’abri, poursuit Richard Gregory. Or une espèce commune peut parfaitement disparaître. Au début du XXe siècle, le ciel américain était noir de pigeons voyageurs. Il n’y en a plus un seul. "

[...]

"Par définition, ce sont les espèces les plus répandues qui ont le plus d’impact sur l’environnement ; elles qui rendent les plus grands services écosytémiques et qui maintiennent les grands équilibres. " Et Richard Gregory de lister : pollinisation, dispersion des graines, lutte contre la prolifération des insectes, nettoyage des charognes…


Les causes de la raréfaction de ces oiseaux des champs ?

Pour Frédéric Jiguet, professeur au Muséum national d’histoire naturelle et coordinateur à l’échelle de la France du recueil des données utilisées, " la mécanisation de l’agriculture a conduit à l’augmentation des parcelles, donc à l’arrachage des haies et à la réduction des surfaces non labourées et, ainsi, à une perte d’habitat pour de nombreuses espèces ". Le système des subventions européennes, ajoute le biologiste, " conditionnées par la quantité produite plutôt que par des critères de qualité et de respect de l’environnement ", est en partie responsable de la situation.

La nature des traitements agricoles est aussi suspectée. Au cours de l’été 2014, une cinquantaine de chercheurs internationaux a publié un état des lieux de la littérature scientifique dans la revue Environmental Science and Pollution Research, mettant en cause les nouvelles générations de pesticides dits " systémiques " (utilisés préventivement en enrobage des semences ou en traitement des sols) dans la réduction massive des populations d’insectes. Or ceux-ci forment l’ordinaire de bon nombre des oiseaux en déclin. " Nombre de naturalistes mettent l’accent sur la perte d’habitat pour expliquer une grande part de cet effondrement, sans voir que les nouvelles générations d’insecticides systémiques ont un effet effroyable sur toutes les populations d’invertébrés, rappelle l’ornithologue Christian Pacteau, de la Ligue de protection des oiseaux. Or ceux-ci forment l’ordinaire de bon nombre des oiseaux en déclin. " Ce qui se produit depuis quelques années, c’est que les oiseaux sont victimes d’une interminable famine. "

Mais l’agriculture intensive n’est peut-être pas seule en cause. L’étude invite à " élargir le regard ". Frédéric Jiguet donne, par exemple, des éléments de comparaison avec la chasse : " Les données sont rares, mais une enquête conduite en 1998 auprès d’un échantillon de chasseurs suggérait que la chasse à la bécasse, à la grive, au merle et au canard était à elle seule responsable, chaque hiver en France, de la mort d’environ 7 millions d’oiseaux ! " Une étude publiée fin 2013 dans Nature Communications estimait par ailleurs que le nombre d’oiseaux tués chaque année aux Etats-Unis par les chats domestiques oscille entre 1,3 milliard et 4 milliards d’individus !

Stéphane Foucart, et Nathaniel Herzberg

© Le Monde

Voir en ligne : Article du Monde du 3 novembre 2014

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.