Accueil du site > Vie de l’association > Vannerie > Atelier de vannerie : travaux d’hiver

samedi 27 décembre 2014

Atelier de vannerie : travaux d’hiver

Après la récolte du cornouiller sanguin, du noisetier et le tri des brins d’osier, nous apprenons à tirer des éclisses du noisetier et à fendre le cornouiller.

  • Certains se lancent dans la fabrication d’un petit panier rond :

Pas facile de faire un cercle parfait avec une branche coupée de noisetier dont le diamètre varie en allant vers son sommet. Nous apprécions l’élasticité du bois, forçons la courbe en tournant les poignets mais pas trop... Ensuite nous retrouvons les bonnes vieilles éclisses de ronce humidifiées, pour les égaliser, puis tressons une belle clé encore verte dans laquelle seront bloquées les tiges fendues de cornouiller qui, elles mêmes, serviront d’ossature au petit panier de jardin, aux proportions idéales qui se dessine peu à peu sous nos yeux ravis...

  • D’autres préfèrent fabriquer des bougeoirs en osier qui trôneront sur la table des fêtes d’hiver.
    Gilles montre à tous et montre en main, au bout de 10 minutes, le bougeoir surgit sous les yeux des apprentis médusés.

P.-S.

Jean envoie une photo d’un travail en cours :

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.