Accueil du site > Vie de l’association > JVMC dans la presse > Janvier 2015 - Article du Bien Public concernant notre assemblée (...)

mardi 27 janvier 2015

Janvier 2015

Janvier 2015 - Article du Bien Public concernant notre assemblée générale

"Jardins et Vergers de Marsannay s’implique dans la vie de la cité

Dernièrement l’association JVMC (Jardins et Vergers de Marsannay) a tenu son assemblée générale. Le président Gilles Sallic, en présence du Maire Jean Michel Verpillot, a tout d’abord souhaité "une très bonne année à tous les jardiniers et les vanniers. L’association comptait 76 adhérents en 2014, 10 nouveaux jardiniers nous ont rejoint cette année".

Des activités en 2014 : Outre l’entretien des parties communes et la sécurisation des puits, le compostage collectif, les pépinières de pêchers, l’association a organisé mi avril pour la troisième année consécutive son Troc vert et proposé sa fête d’automne dans les Jardins de St Urbain le premier dimanche de septembre, avec comme invité d’honneur "la tomate" déclinée sous de nombreuses variétés. "Nous avons également participé à la Fête des jardiniers du Dijonnais à Talant, au Grand Dèj ainsi qu’ aux semaines des Climats du vignoble en mai organisées à la médiathèque Bachelard".
- S’impliquer davantage dans la vie de la cité, mettre à la disposition des habitants son savoir-faire, ses compétences, tel serait l’engagement citoyen de l’association pour les années à venir, sous des formes très diverses : Plantation d’arbres au collège Marcel Aymé et lancement des jardins d’école : deux groupes scolaires de maternelle auront leur jardin et dès novembre plus de 200 bulbes ont été plantés par les enfants.

"On continue les temps forts : le Troc vert le 18 avril, la fête des jardins le 6 juin à Quétigny avec nos partenaires des autres communes et la fête d’automne le 1er dimanche de septembre. D’autres propositions sont à l’étude : semaine du printemps autour du Troc vert comme la chasse aux œufs, rencontre avec les vanniers".

Cette implication trouve également une bonne matérialisation avec les jardins d’école : donner la possibilité aux enfants des écoles de pratiquer le jardinage. "L’affaire est bien engagée avec l’école maternelle Colnet avec un départ possible dès ce printemps sur une parcelle de 400 m². Nous encadrerons les petits jardiniers les mercredis matins de mai et juin ; l’opération est prévue aussi pour la maternelle Porte d’Or dès que les problèmes matériels seront résolus".

Des activités pour les séniors : "L’atelier vannerie est reparti avec 12 inscrits avec en parallèle un autre atelier de vannerie proposé aux adhérents du Cep’âges, un service qui dépend du CCAS et pour lequel JVMC offre une prestation d’encadrement" précise Gilles Sallic. Par ailleurs le partenariat avec le CCAS se développera en facilitant la mise à disposition de parcelles de jardins aux familles dans le besoin. Notre site internet qui connaissait une bonne fréquentation avec 50 visites/jour est passés à plus de 900 visites /jour depuis quelques mois.18000 visites en décembre, 19000 depuis le début de l’année !".

Le rapport financier présenté par Jean Pierre Alimondo a été approuvé à l’ unanimité, ainsi que les rapports moral et d’activités. "
Carole Gilson est la nouvelle secrétaire de l’association.

Voir en ligne : Article sur le site du Bien Public

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.