Accueil du site > Vie de l’association > JVMC dans la presse > Article sur le site "Tous unis pour Marsannay" : Un potager pour chacun à (...)

mardi 19 juillet 2011

Dans le site "Tous unis pour Marsannay", un article intitulé :

Article sur le site "Tous unis pour Marsannay" : Un potager pour chacun à Marsannay

Voici l’article du site "Tous unis pour Marsannay" :

"Jardins et Vergers de Marsannay-la-Côte a imaginé une manière originale de créer des jardins familiaux et collectifs à Marsannay.

L’association contacte des propriétaires de terrains destinés au jardinage prêts à en confier l’exploitation à l’association.

Celle-ci propose des parcelles individuelles (certaines avec un puits) de 50 à 200 m² aux familles désireuses de cultiver fleurs, fruits et légumes pour leur consommation.

JVMC se charge de mutualiser tout ce qui a trait au maraîchage : produits, graines, plants, documentation, matériel, cours de pratiques diverses (taille…) contre une très modique cotisation. La carte d’adhérent donne droit à réductions auprès de nos partenaires économiques.

Les contraintes sont liées bien évidemment au bon entretien du terrain et au respect de la Charte de l’environnement et de la biodiversité.

Actuellement une quarantaine de familles en bénéficie : certains recherchent la détente et la communion avec la nature , le cycle des saisons… d’autres des produits sains et bio pour toute l’année tout en faisant de substantielles économies.

Il reste quelques parcelles. D’autres seront disponibles pour l’hiver 2011-2012 ;

De plus JVMC organise des manifestations au long de la saison des jardins : le troc vert en avril, la fête des épouvantails en juin, le plein air d’automne et participe à celles d’autres associations d’horticulture du Grand Dijon.

L’association est affiliée à la Fédération nationale des jardins familiaux et collectifs. "

Lien pour se rendre sur l’article et sur le site

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.