Accueil du site > Vie de l’association > Recettes et trucs > Le cru et le cuit ! > Cucurbitophiles > Cécile B. DeMille lance le nouveau feuilleton de l’été : Tout connaitre (ou (...)

lundi 27 juillet 2015

Cécile B. DeMille lance le nouveau feuilleton de l’été : Tout connaitre (ou presque) des courges plantées en St Urbain ! Aujourd’hui, la melonette jaspée.

Bienvenue à la melonette jaspée ! Attention, il y aura interro le jour de la fête des jardins !

MELONNETTE JASPEE DE VENDEE (Cucurbita Pepo)

Autre nom : Melonnette Saint-Julien de Concelles

Origine : Mexique et sud est des Etats Unis. Variété française.

C’est une plante coureuse ; ses tiges s’étirent sur environ 3 mètres. (Croissance : entre 95 à 125 jours)

On compte 5 à 7 fruits par pied de 1kg à 3kg. Les fruits sont de forme sphérique d’environ 15 cm de diamètre, légèrement côtelés près du pédoncule. La peau couverte d’une multitude de fines craquelures liégeuses lui donne l’aspect d’un melon brodé.

La chair de couleur jaune orangée très sucrée lui donne une qualité gustative excellente. Elle se bonifie avec le temps. Beaucoup s’accordent à dire de cette courge que c’est une des meilleures.

On peut consommer les fruits crus : râpés, vinaigrette, rémoulade…

Côté cuisson elle excelle dans la confection de tartes, flans, soufflés, beignets, compotes, confitures…ou plus classique : purée, potage….

Les fruits doivent être récoltés jeunes et consommés rapidement ou au contraire à maturité lorsque leur peau est dure juste avant les gelées. On peut les conserver de 2 à 5 mois.

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.