Accueil du site > Vie de l’association > Recettes et trucs > Le cru et le cuit ! > Cucurbitophiles > Vous avez dit "cou tors" ?

lundi 27 juillet 2015

Vous avez dit "cou tors" ?

Voici les amusantes courges à cou tors.

Bonne journée !

Cécile

COU TORS D’ETE (cucurbita pepo)

Autres noms : summer crookneck, early golden summer crookneck

Origine : Sud est des Etats Unis et Mexique.

C’est une plante non coureuse formant une touffe. (Croissance : entre 60 à 90 jours). Elle est très prolifique : Plus on cueille les fruits plus cela produit.

On compte 6 à 8 fruits par pied, de 400g à 800g et de 15cm à 30cm de long. Les fruits sont allongés et recourbés, coudés en crosse, verruqueux, d’une belle couleur jaune orangé. (Recourbés côté pédoncule et renflés côté ombilic.) Les feuilles et tiges sont piquantes. Les feuilles profondément découpées se caractérisent par des lobes anguleux.

La chair est jaune très fine et ferme.

On peut consommer les fruits crus lorsqu’ils sont jeunes : non épluchés coupés en fines tranches ou râpés avec vinaigrette. Ils ont un goût de noisette fraiche.

A maturité on les utilise en décoration avec leur forme qui ressemble à des cygnes. Leur conservation est assez longue. Certains fruits sèchent.

Cécile

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.