Accueil du site > Vie de l’association > Recettes et trucs > Le cru et le cuit ! > Cucurbitophiles > Carnet rose... Pink jumbo et Kabocha

dimanche 9 août 2015

Carnet rose... Pink jumbo et Kabocha

Bonjour

Il pleut....on peut aller aux escargots ou faire des fiches sur les courges !

Après les bananes bleues pour les garçons, voici la banane rose : pink Jumbo Banana.

Carnet rose : Je vous annonce la naissance de "poussins". Les galeux d’Eysines ont donné naissance à de jolis petits potirons jaune clair, tout ronds, à la peau fine et bien lisse ( allez les voir avant qu’ils ne vieillissent !).

Quant’aux Cou Tors, la chaleur et la pluie leur ont donné des ailes et ils ont pondu plusieurs petits cygnes.

A bientôt.

Cécile

PINK JUMBO BANANA (Cucurbita Maxima)

Autre nom : Pink Giant Banana

Origine : Amérique du sud. Très ancienne variété des Etats Unis commercialisée en 1893 sous le nom de Banana Squash ou Plymouth Rock.

Les Pink Jumbo Banana sont très répandues et appréciées en Europe.

C’est une plante coureuse et très vigoureuse avec des tiges rampantes pouvant atteindre 5 ou 6 mètres. (Croissance : 110 à 140 jours).
On compte 1 à 4 fruits par pied, pesant de 6 à 30 Kg. Ils atteignent 15 à 30 cm de diamètre sur une longueur de 50 cm à 1.2 mètre. Ces gros fruits cylindriques ressemblent à une banane.

L’épiderme, mince, dur et légèrement rugueux, est de couleur jaune vert virant au rose saumon à maturité.

La chair, orange vif, est épaisse et ferme. Elle est sucrée de très bonne qualité.

On la consomme cuite. Au stade de courgette lorsqu’elle est jeune. A maturité elle excelle pour les confitures. On l’utilise également en purée, gratin, gnocchis, potage, tourte…..

Elle est apte à la congélation.

Elle se conserve bien : 3 à 8 mois. Lors de la récolte prendre soin de laisser le pédoncule et de ne pas « choquer les fruits » pour favoriser une meilleure conservation.


KABOCHA (Cucurbita Maxima)

Origine : Asie. Variété ancienne du japon. Les Kabochas auraient été introduits au Japon par des navigateurs portugais, en 1541, qui venaient du Cambodge. Le nom japonais « Kabocha » vient en effet du nom « Cambodge ».

C’est une plante coureuse. (Croissance : 100 jours environ). C’est une plante résistante : elle supporte très bien les grosses chaleurs.

La plante est très productive. Les fruits, en forme de sphère aplatie, pèsent entre 2 et 4 Kg.

Les Kabochas d’origine ont l’écorce verte mais d’autres couleurs ont été sélectionnées particulièrement dans le sous groupe des potimarrons. L’épiderme, vert sombre, est strié de veines plus claires voire presque blanches. A la différence du potiron, il n’est pas nécessaire de retirer la peau avant la cuisson.

La chair, de couleur jaune à orange intense, est d’excellente qualité gustative. Elle est ferme et gouteuse avec une saveur de noix et de châtaignes.

On l’utilise cuite : potage, rôtie au four, tourtes, purée….Au Japon et en Corée on l’utilise frite « en tempura ». Elle contient du béta-carotène, du fer, des vitamines, des oligo éléments…

Cueillie en octobre, on peut la conserver assez longtemps parfois jusqu’en mai juin.

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.