Accueil du site > Vie de l’association > Recettes et trucs > Le cru et le cuit ! > Cucurbitophiles > SWEET DUMPLING (Cucurbita Pepo)

dimanche 30 août 2015

SWEET DUMPLING (Cucurbita Pepo)

Attention Danger OVNI

Des riverains de Saint Urbain ont vu de drôles de soucoupes oranges fluo atterrir dans les jardins. De leur bord sont descendues d’amusantes petites boules vertes mais avec des rayures blanches. Une enquête est menée pour déterminer de quoi il s’agit.

Autres noms : courge patate, edible pumpkin, gourde comestible, pâte d’amande, patidou, chesnut cream (=crème de marron).

Origine : Mexique et sud ouest des Etats Unis. C’est une variété ancienne.

C’est une plante grimpante ou coureuse mais aux tiges relativement courtes. (Croissance : 110 à 140 jours.)

Elle donne environ 4 à 10 fruits par pied de 200g à 800 g de la taille d’un petit melon. (8 à 15 cm de diamètre, 6 à 10 cm de haut). Ils font penser à une tasse : ils sont concaves côté pédoncule avec dix côtes bien marquées.

L’épiderme est ivoire avec des rayures vertes qui deviennent rouges orangé à maturité.

La chair de couleur jaune orangé est ferme avec une saveur très fine, celle de la patate douce avec également un goût délicieux de noisette et de châtaigne.

On peut servir les fruits crus : râpés, vinaigrette ou rémoulade.
Ils sont idéaux à farcir ou à cuire au four. On peut les utiliser également frits, en potage, en soufflé….. Et en desserts : tartes, confitures, sorbets…..
Ils se conservent de 3 à 9 mois à une température de 15°.

On peut aussi l’utiliser en décoration.

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.