Accueil du site > Passions de jardiniers > Autres jardins locaux > AU FIL DES RENCONTRES DE L’HIVER...Nouvel article

dimanche 13 mars 2016

collecteurs collectionneurs

AU FIL DES RENCONTRES DE L’HIVER...Nouvel article

artisans artistes

Des nouvelles du monde extérieur :

Le champ et le p’tit marché des courges ont conduit nos pas vers des associations productrices de graines de courges et de tous autres légumes, vers des amateurs éclairés détenteurs de graines de légumes anciens et locaux.Ci-joint le lien qui vous mènera vers la Graine et le Potager.

Grâce à Cécile, cette association devrait venir le 5 novembre au P’tit marché des courges à Marsannay la Côte.

L’atelier vannerie nous a amené à contacter d’autres associations comptant des vanniers amateurs.
Des professionnels aussi : osiériculteurs de Haute-Marne, du Jura, vanniers et vannières. La seule vannière de Côte d’Or Laurence Aigon pratique son activité à Reulle-Vergy (21).

PNG - 105.8 ko

Egalement paysagiste, elle fabrique plutôt des pièces d’extérieur.
Elle fait partie des Métiers d’art en Côte d’Orqui regroupe de jeunes artisans dont une habitante de Marsannay, dinandière de son état..Ils sont à la recherche de fonds en financement participatif (crowdfunding) pour se faire connaître : graines d’action

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.