Accueil du site > Passions de jardiniers > Coquelicots à la manif place François Rude

samedi 6 octobre 2018

Coquelicots à la manif place François Rude

Nous voulons des coquelicots !

Je suis allée à la manif "Nous voulons des coquelicots" suite à l’appel des 100 pour l’interdiction de tous les pesticides de synthèse.

Nous étions environ 150 de tous âges, (du bébé à la mémé), réunis place François Rude, vendredi 5 octobre à 18h30. Pour un premier rassemblement, c’est déjà bien, car ce mouvement n’est qu’à ses débuts ! Arborant des coquelicots ( vignettes, photos de coquelicots, dessins...) symbolisant notre appel aux gouvernants pour qu’ils agissent pour l’interdiction de tous les pesticides en France, nous avons eu un moment assez rare de rencontres et d’échanges avec des personnes inconnues quelques minutes plus tôt et partageant les mêmes convictions.

Pour ceux qui n’ont pas pu venir, sachez que d’autres rassemblements se feront. en attendant vous pouvez signer la pétition.

Personnes à l’origine de l’appel et les associations qui le soutiennent

Discours lu lors de la manif

Rendez-vous donc tous les 1ers vendredis de chaque mois à 18h pour faire vivre cet
Appel

Voir en ligne : Pétition : "Nous voulons des coquelicots"

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.