Accueil du site > Vie de l’association > Mentions légales > Mentions légales

vendredi 15 juillet 2011

Mentions légales

Droits d’auteur. Copyright.

L’ensemble de ce site relève de la législation française et internationale sur le droit d’auteur et la propriété intellectuelle. Tous droits de reproduction sont réservés, y compris pour les documents photographiques.

La reproduction de tout ou partie de ce site sur un support électronique quel qu’il soit est formellement interdite sauf autorisation expresse du directeur de la publication.

La reproduction des textes de ce site sur un support papier est autorisée, tout particulièrement dans le cadre pédagogique, sous réserve du respect des trois conditions suivantes :

  • gratuité de la diffusion.
  • respect de l’intégrité des documents reproduits : sans modification ni altération d’aucune sorte.
  • citation claire et lisible de la source sous la forme suivante :

" Provenance du site internet http://www.marsannay-jardins-verger... les droits de reproduction sont réservés et strictement limités."

L’adresse internet du site doit impérativement figurer dans la référence.

Informatique et libertés : Conformément à l’article 34 de la loi n° 78-17 " Informatiques et libertés " du 6 janvier 1978, ce site est déclaré à la C.N.I.L. N° en cours , vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent.

Liens vers des sites : Les liens de cette zone vous font quitter le site de Jardins et vergers de Marsannay la Côte. Les sites cibles ne sont pas sous notre contrôle, JVMC n’est pas responsable du contenu de ces sites, des liens qu’ils contiennent ni des changements ou mises à jour qui leur sont apportés.

Responsable de la publication : Gilles Sallic. Président de l’association.

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.