Accueil du site > Vie de l’association > Recettes et trucs > Le cru et le cuit ! > Nos recettes > La confiture d’Annie aux courgettes

vendredi 26 août 2011

La confiture d’Annie aux courgettes

et au gingembre

Une recette d’Annie qui permettra de cuisiner les courgettes d’une autre façon et de faire plaisir à vos amis.

La courgette, voilà bien un fruit (il porte les graines) impossible à rater, très prolifique, idéal pour les jardiniers débutants et que l’on consomme en légume. On peut aussi proposer cette cucurbitacée au petit déjeuner en confiture de courgette au gingembre.

Recette de la confiture de courgettes au gingembre

Pour 2,500 kg de courgettes :

  • 1,500 kg de sucre gélifiant (ce fruit rend beaucoup d’eau),
  • 4 citrons non traités,
  • 1 morceau de racine de gingembre frais,
  • 50 g. de gingembre confit,
  • 3 clous de girofle.

Peler les courgettes, si les pépins sont gros les enlever. Couper en dés.
Faire cuire 5mn en cocotte minute, égoutter.

Ajouter à la chair le jus des 4 citrons et leur zeste râpé.

Enfermer le gingembre frais dans de la gaze ou un filet à aromates avec les clous de girofle et déposer dans le mélange.

Laisser reposer au frais 24 h dans un endroit sombre, enlever le sachet
Amener à ébullition en ajoutant le gingembre confit haché fin.

Faire cuire le temps indiqué sur le sachet de sucre gélifié puis mettre en pots.

Bonne dégustation !

Annie

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.