Accueil du site > Arts et vie en Saint-Urbain > De la particularité de Saint Urbain > De mémoire ancestrale

mardi 18 octobre 2011

De mémoire ancestrale

Protéger Saint Urbain parce qu’aujourd’hui, il est grand temps de préserver des espaces cultivables où l’eau est accessible, la terre fertile et les arbres féconds, parce que c’est un lieu de patrimoine, de beauté et de paix qui donne nourriture saine, douceurs et harmonie contre soin, attention, respect et souci de partage.

De mémoire ancestrale, Saint Urbain et ses puits, plongeant dans la nappe souterraine qui affleure, offre une terre propice au jardinage et aux arbres fruitiers.

Aujourd’hui, notre association y cultive des parcelles confiées par les propriétaires héritiers de cette longue tradition dont les moines de Saint Urbain furent un des nombreux garants.

L’ouverture d’esprit de nos vieux pataras a permis à de nombreuses familles de trouver en ce lieu de quoi cultiver un petit lopin et apporter ainsi dans l’assiette une nourriture saine, économique et succulente.

Nous remercions vivement ceux qui nous prêtent leur terre et nous permettent ainsi de continuer à entretenir et aimer un lieu dont les Anciens ont pris soin depuis des générations jusqu’à nos jours.
Il n’est qu’à admirer le beau travail de construction des puits et à s’émerveiller, comme eux avant nous, de la fertilité de cette terre, cône de déjection de la "Montagne", "rognons" de Marsannay, comme ils disent.

Face aux problèmes engendrés par des pollutions de tous ordres, une construction irresponsable, des cultures intensifiées, entraînant la dégradation des sols, des aliments, de la santé, de la qualité de vie,
lutter contre la destruction de Saint Urbain c’est donner le signal qu’il n’est plus question pour nous citoyens, éco-citoyens de laisser faire tout et n’importe quoi comme ce fut le cas ces dernières décennies un peu partout. Protéger Saint Urbain parce qu’aujourd’hui, il est grand temps de préserver des espaces cultivables où l’eau est accessible, la terre fertile et les arbres féconds, respectés pour la nourriture saine, la beauté et la paix qu’ils apportent contre soin, attention et partage.

Oui, nous souhaitons des logements sociaux pour de futurs habitants qui apprécieront la qualité de vie à Marsannay.

C’est justement aussi pour eux qu’il faut garder ce lieu ouvert et bienfaiteur, pour qu’il soit à leur disposition, comme jardins à partager, lieu de promenade, témoin d’un passé où patience et amour de la terre équilibrent la vie et, aujourd’hui encore, lieu de vie harmonieux, planté de vieux fruitiers (cerises aigres, aigre-douce, Montmorency, mirabelles et quetsches, noix, poire Louise bonne ou Curé, framboises, groseilles...) où l’eau des puits est à portée de seau, la terre belle et généreuse, lourde après la pluie, chaude et doucement granuleuse après une journée ensoleillée, propice à la culture des petits fruits ou des légumes verts. Ils pourront montrer à leurs enfants toutes ces promesses de vie au gré du vent et des saisons et leur apprendre in situ les gestes qui sauveront la planète.

Anciens et futurs habitants de Marsannay, nous en appelons à vous. Rejoignez-nous, venez en Saint Urbain non pour la couvrir de béton mais pour en faire votre sentinelle, votre symbole pour un monde meilleur.

Merci à tous nos lecteurs pour leur ouverture d’esprit et leur largeur et longueur de vue ! Jugez par vous mêmes !

JPEG - 309.4 ko
ancestral.jpg

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.