Accueil du site > Vie de l’association > Recettes et trucs > Le cru et le cuit ! > Nos recettes > Le vin de pêche de vigne de Martine.

vendredi 28 octobre 2011

Le vin de pêche de vigne de Martine.

Cette recette de vin de pêche de vigne de Marsannay.

Recette de vin de pêche de vigne

  • Pour 75 cl de vin rosé :
    • 1 verre d’eau de vie (alcool de fruits)
    • 40 feuilles de pêcher , non traitées, lavées et essuyées
    • 1 une petite branche de bois saine
    • 20 morceaux de sucre ou 120 g de sucre en poudre

Mettre le tout à macérer 15 à 20 jours au frais, en retournant le bocal tous les jours pour bien mélanger les saveurs.

Filtrer avant la mise en bouteilles.

Conserver à la cave ou dans un endroit frais à l’abri de la lumière.

Attendre 3 mois avant de déguster.

Au boulot !

Amicalement, Martine

Revenir à la

1 Message

  • Le vin de pêche de vigne de Martine. Le 2 septembre 2013 à 14:13, par Zaza 3165o

    Bonjour Martine,

    Je suis née à Beaune mais Toulousaine depuis 39 ans, je ne renie pourtant pas mes origines, étant petite-fille de vignerons de Pommard et Hautes- Côtes. Cette recette de vin de pêches de vigne me semble tout à fait parfaite, mais il faut mettre quel morceau de bois, du bois de pêcher ??? Merci pour la réponse, cordialement et "Bourguignonnement"
    Maryse.

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.