Accueil du site > Vie de l’association > Recettes et trucs > Le cru et le cuit ! > Nos recettes > Un velouté de carottes proposé par Annie

dimanche 13 novembre 2011

Un velouté de carottes proposé par Annie

parfumé à à l’orange et aux épices...

Bonjour à tous !

Voici un velouté qui ma foi nous permet de déguster autrement "la soupe de carottes" de notre enfance (qui correspondait en ce qui me concerne à "une soupe à la grimace" !)

Pelez et hachez 2 échalotes. Pressez une orange. Pelez 750g de carottes et coupez les en dés que vous faites revenir 5mn avec les échalotes dans 30 g de beurre. Ajoutez alors 75 cl de bouillon de légumes, le jus de l’orange, 2 pincées de sucre et un peu de sel.

Couvrez et laissez cuire 20 mn. Mixez et ajoutez 10cl de crème légère et 2 bonnes pincées de chaque épice : coriandre, cumin et gingembre, sel et poivre.

Bon appétit....

Sentons nous encore le goût de la carotte ? demande-t-on avec inquiétude. Non rassurez vous on ne sent plus du tout le goût de la carotte .... !!!

On peut également remplacer la moitié de la quantité de carottes par de la patate douce ou du potiron et ajouter au dernier moment des petits croutons de pain d’épice rissolés.

Un délicieux velouté préparé avec des légumes de saison.

Annie

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.