Accueil du site > Arts et vie en Saint-Urbain > Hydro et climatologie > Un début d’automne 2011 sec

samedi 19 novembre 2011

Le niveau de la nappe continue de baisser

Un début d’automne 2011 sec

La pluviométrie de septembre et octobre reste inférieure à la moyenne, le niveau des puits continue de baisser.

La prévision du 9 octobre était exacte : la baisse se confirme fin septembre et s’accentue en octobre (voir graphique, ligne en gris de 2011 sur fond rouge). Malgré les passages pluvieux des 18-19 et 24-25 octobre, des 3-4 novembre l’apport reste déficitaire.

Ces précipitations ont provoqué la remontée du niveau des puits en novembre, mais l’absence d’eau depuis le 04/11 retarde la recharge de la nappe phréatique souvent effective après la Toussaint.

Nos mesures sur Saint Urbain vont dans le même sens que le profil du graphique : niveau-1,70m en septembre, -1,88m au 15 octobre ce qui conforte le lien direct entre la nappe de Dijon-sud et celle de Saint Urbain : cette dernière réagit plus vite aux précipitations mais suit les tendances fortes de la nappe principale.

Prochain bulletin début décembre

Revenir à la

Répondre à cet article


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.